Le sport et la mode par Pascal Monfort

Les Impatients du Sport souhaitaient approfondir le sujet du « Sport et de laPascal-Monfort-Nike Mode » et ont pensé que la meilleure solution était de contacter un expert dans le domaine. Pascal Monfort, anciennement Consumer Culture et Innovation Manager chez Nike,  a été l’homme de la situation. Pascal, qui a mis en parallèle ces deux univers tout au long de sa carrière s’est fait un plaisir de  répondre à nos questions et de se présenter en détail.

Toi, le sport et la mode :

1. De quelle formation viens-tu initialement ?

Je suis diplômé d’un master 2 Mode et Création à l’Université de la Mode à Lyon 2.

2. Quel a été ton cursus professionnel ?

J’ai commencé au début de ma carrière en tant que styliste photo puis je suis devenu journaliste de mode avant de travailler sur l’édition de plusieurs magazines.

J’ai ensuite travaillé pour Nike France pendant près de 10 ans en tant que Consumer Culture et Innovation Manager.

Plus récemment, j’ai ouvert mon propre cabinet de conseil en prospective (prospective : se projeter dans l’avenir en imaginant les scénarios d’évolution du marché), tendances de marché et analyse du consommateur, spécialisé en mode et sport. Depuis la création de mon cabinet, j’ai déjà travaillé pour Converse, Nike, le PSG, Kenzo, le groupe Omnium et la marque de skis Black Crows. Je suis en discussion avec de grosses marques telles que UNIQLO, à suivre…

3. Peux-tu nous décrire ton rapport avec le sport ?

Le sport fait partie de ma vie depuis mon plus jeune âge. Mon père était très impliqué dans les clubs sportifs de ma ville et j’ai pratiqué plus ou moins tous les sports étant enfant.

Au début des années 80, j’ai débuté le BMX avant de commencer une longue histoire d’amour avec le skate en 1987. Le skate a rythmé toute mon adolescence. J’irais même plus loin en disant que je dois ma carrière et mon parcours à la découverte du skate, cette passion m’a permis de m’ouvrir à énormément de choses. J’ai été très vite fasciné par la Californie, la culture underground et influencé par les groupes de hiphop new-yorkais tels que les Beastie Boys :

4. Et ton rapport avec la mode ?

La mode a été ma deuxième histoire d’amour après le skate. J’ai énormément lu de magazines de mode étant adolescent, pour l’anecdote, j’ai été le plus jeune abonné de Vogue à l’âge de 12 ans. Je ne venais pas initialement de ce milieu et j’ai voulu tout savoir très vite. J’ai énormément lu à ce sujet, de la mode contemporaine aux robes du 18ème siècle… j’essaye de tout connaître. J’adorais mettre en perspective la mode et son époque. Je me suis aussi intéressé à la sociologie de la mode puis je l’ai étudié à l’université avant de l’enseigner.

5. Parle-nous de ton expérience chez Nike France

J’ai occupé le poste de Consumer Culture et Innovation Manager pendant 10 ans. Mon rôle était de dénicher les prochaines tendances et analyser le comportement du consommateur à travers des études qualitatives. Ce métier a été créé « sur-mesure » à mon arrivée et a disparu à mon départ (rire).

logo-nike

 6. Dans ton boulot d’analyse du consommateur et des futures tendances, quels genres de techniques utilises-tu ?

(Rire)  Bien tenté.

7. Peux-tu nous faire part de quelques-unes de tes plus belles expériences chez Nike ?

–  Une journée complète en tête à tête avec Michael Jordan.

– Le lancement du partenariat entre Nike et la Fédération Française de Football de 2008 à 2011. Ce qui était vraiment insolite, à propos de cette mission, c’est que je n’étais pas fan de foot et même plutôt anti-foot de nature. J’ai pris beaucoup de plaisir à travailler sur ce projet.

– Le lancement, en France de Nike Sportswear

– Le shooting du maillot « away » de l’équipe de France avec Karl Lagarfeld et Alou Diara

fff-nike-01-selectism

– Le projet Nike Action Sport Round House à Hossegor

– Des meetings de réflexion incroyables à Portland, Londres, New York, Berlin, Stockholm, Amsterdam… j’ai tellement de souvenirs qui me viennent à l’esprit !

« En tout cas ce que j’adore c’est travailler en équipe sur un projet d’envergure internationale. Quand tu vois dans la rue ton boulot ou que tu en entends parler dans la presse ou sur internet, c’est juste génial »

8. Tu es prof aussi ? de quoi ? depuis quand ?

Oui effectivement, depuis 2000, professeur d’Histoire de la mode et Sociologie de la mode à l’ Institut Supérieur Européen de la Mode et à Mod’Spé. Je fais aussi de nombreuses interventions à l’IFM, HEC Paris, à l’Université de la Mode de Lyon… et dans beaucoup d’établissements encore.

Pour la petite information, je suis en ce moment même en train de travailler avec une personne du Sénat sur un cours de mode pour Sciences Po !

9. Qu’est ce que cela t’apporte dans ton boulot de tous les jours ?

L’université c’est, pour moi, un lieu magique pour l’échange d’idées. J’apprends beaucoup de mes étudiants, c’est une richesse sans nom. Le fait d’être professeur dans des écoles prestigieuses ajoute aussi beaucoup de crédibilité à mon expertise de conseil.

J’ai aussi beaucoup de satisfaction lorsque certains de mes étudiants me disent que mes cours ont changé leur point de vue et ont participé à leur choix d’avenir. Plusieurs de mes étudiants sont même devenus des amis et/ou des contacts professionnels.

Le sport et la mode :

10. Quel sont les liens entre le sport et la mode d’après toi ?

« Les liens sont nombreux et depuis très longtemps, c’est un vaste sujet à vrai dire »

Le sport inspire la mode à travers les innovations techniques et les matériaux utilisés et la mode inspire le sport car il ne suffit pas de faire des produits performants, il faut aussi prendre en compte le facteur élégance.

Il est actuellement hors sujet d’avoir des tenues de sport qui ne répondent pas aux critères design.

11. Le sport, une source d’inspiration indémodable ?

Effectivement, le sport n’arrêtera jamais d’inspirer la mode. Dans le sport on ne parle pas de créateurs mais de designers, qui ne travaillent pas uniquement sur l’aspect esthétique mais aussi sur la légèreté, le waterproof, les matériaux etc. On parle alors d’améliorations techniques et technologiques. Tout ça pour dire que la mode a sans cesse besoin de se nourrir de nouveautés, qu’elle va chercher bien souvent dans le sport. De nombreux créateurs de mode s’inspirent de ce qui est fait par les équipementiers sportifs. Les fusions entre équipementiers et créateurs vont se faire de plus en plus fréquentes dans le futur.

12. Le sport lifestyle : est-ce une mode ?

Ça l’a toujours été – ce qui a vraiment changé c’est qu’aujourd’hui c’est rentré dans les mœurs des gens de la mode. La frontière entre sport et mode est de moins en moins marquée. Par exemple, le fait de porter des baskets dans la rue ne date pas d’hier. Actuellement c’est naturel de mélanger ces deux univers.

13. Les designers se mettent en quatre pour qu’on puisse être beaux en faisant du sport, mais comment doser le rapport d’influence design / performance ?

Tant que le design n’empiète pas sur la performance – il n’y a pas de limite. On ne dira jamais : « cette tenue de sport est trop belle » (rire).

L’important pour un équipementier est de toujours répondre à sa promesse n°1 : améliorer la performance sportive d’un athlète.

14. La mode est-elle un moyen pour le sport de faire du mass market ?

Non parce que le sport est une entité largement aussi populaire que la mode. La mode est un moyen de toucher d’autres cibles et elle permet aussi de raconter de nouvelles histoires mais on ne parle en aucun cas de mass market.

15. On entend beaucoup parler de streetwear, dans la mode comme dans le sport, pourrais-tu nous aider à décrypter ce concept ?

Le streetstyle est un terme qui me dérange, c’est un espèce de fourre tout dans lequel on balance un peu tout ce qui touche à la culture street comme la musique, l’art, etc.

Pour l’anecdote c’était mon sujet de mémoire en 1994 : « L’analyse du discours dans les médias d’un nouveau phénomène de mode : le streetwear »

16. Quelles sont d’après toi les prochaines tendances sport/mode ?

Ce serait injuste de donner ce type d’information par rapport à mes clients. Surprise, surprise… à moins que tu n’aies un gros chéquier avec toi (rire).

17. Et quels sont les indémodables qu’il faut avoir dans son dressing ?

Ensemble-vogue

– Une paire de Converse Chuck  Tailor noire

– Un teeshirt en coton blanc Hanes

– Un sweatshirt jersey gris chiné

Si tu portes ça dans 30 ans, je suis certain que tu seras encore en vogue.

Merci Pascal pour le temps que tu nous as accordé, c’était un plaisir d’échanger avec toi. Bonne continuation et à très bientôt.

A consulter dans le même registre : Le skate, nouvel accessoire de mode pour les fashionistas ?

Publicités

One thought on “Le sport et la mode par Pascal Monfort

  1. Très sympa cette interview !! Cependant ça aurait été cool d’avoir un discours un peu plus techniques (peut être pas sur ses futurs projets mais au moins sur ses précédentes expériences), quelques illustrations aussi… Mais agréable à lire tout de même ! Continuez comme ca 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s